Boire et conduire, l’équation impossible : Découvrez le top 10 des idées reçues à ne pas suivre

Alors que la fête du nouvel an approche, nous souhaitions faire une piqûre de rappel sur les effets néfastes de l’alcool au volant afin d’éviter les mauvaises surprises au lendemain de la Saint. Si les français sont globalement bien informés, de nombreuses idées reçues persistent encore autour de la manière d’évacuer rapidement l’alcool ou encore d’en supporter les effets. Vous trouverez ci-dessous le top 10 des idées reçues à ne pas suivre.

Boire et conduire : un acte irresponsable 

Pour rappel, l’alcool au volant représente une des causes principales de la mortalité routière. On estime que près de 27% des morts sur la route avaient trop bu ont entre 25 et 44 ans. De manière générale, l’alcool est impliqué dans 30% des accidents mortels directement ou indirectement.

A partir de 0,5g/l d’alcool dans le sang ou 0,25mg par litre d’air expiré, l’alcool agit négativement sur notre comportement, ce qui augmente considérablement le risque d’accident :

  • Champs visuel réduit
  • Temps de réaction augmenté
  • Excès de confiance
  • Manque de vigilance
  • Mauvaise coordination des mouvements

 

1 : N’être jamais ivre est la preuve que l’on tient bien l’alcool

L’ivresse est l’effet le plus visible d’une surconsommation d’alcool. Pour autant, ce n’est qu’un des effets provoqués par l’alcool.

Ne plus ressentir l’ivresse en consommant de l’alcool signifie une tolérance vis-à-vis du produit. Le cerveau s’est accoutumé à l’alcool. Même en absence d’ivresse, trop d’alcool engendrera des effets néfastes sur l’organisme.

2 : Les hommes supportent mieux l’alcool que les femmes

Pour une même quantité d’alcool, l’alcoolémie varie selon les individus, quel que soit leur sexe. Plusieurs facteurs interviennent dont l’accoutumance, la vitesse d’élimination du foie, le poids, la prise de médicaments, l’absorption d’aliments, et… le genre.

Physiquement, les hommes sont mieux « armés » face à une consommation d’alcool. Ceci dit, hommes ou femmes, l’imprégnation alcoolique est une réaction personnelle qui influence dans tous les cas le comportement

Par contre, les faits et les statistiques sont assez tenaces, près de 95% des accidents mortels impliquant des états alcooliques sont imputables à des hommes.

3 : Prendre son véhicule dans un état d’ébriété pour effectuer un trajet connu

73% des accidents ont lieu à proximité du domicile. Quand on roule sur une route connue, une certaine forme de relâchement nous gagne automatiquement. On a donc tendance à conduire en étant moins vigilant, ce qui augmente considérablement le temps de réaction face à un imprévu.

4 : Boire une cuillère d’huile avant de consommer de l’alcool

Boire une cuillère d’huile pour se prémunir des effets de l’alcool est une grave erreur. D’une part, l’huile ne fera que ralentir le passage de l’alcool dans le sang et deuxièmement parce qu’en étant convaincu que c’est une bonne solution, on peut avoir tendance à boire plus ce qui augmente encore une fois le risque.

5 : Diluer l’alcool pour avoir un taux d’alcoolémie moins élevé  

Même dilué avec un glaçon, de l’eau ou du jus de fruits, la quantité d’alcool ingérée reste la même. Ce qui compte c’est la quantité d’alcool pur que vous absorbez, non la dilution ou le type d’alcool.

6 : Faire de l’exercice accélère l’élimination de l’alcool

Ni le froid, ni l’effort n’accélèrent l’élimination de l’alcool. En revanche, l’élimination varie fortement selon les individus (corpulence, taille, sexe, facteurs génétiques,…)

7 : L’alcool réchauffe

La sensation de chaleur est due à la dilatation des vaisseaux sous la peau. En réalité, la température du corps s’abaisse d’un demi-degré par fraction de 50 g d’alcool absorbé. La sensation de chaleur peut donc masquer un abaissement de température et entraîner des problèmes graves par temps froid.

8 : L’alcool donne de meilleurs réflexes 

Dès les premières prises d’alcool, les capacités de réaction sont altérées. Avec une alcoolémie de 0,80 g/l la distance de freinage d’un véhicule roulant à 100 km/h est augmentée de 14 mètres. De plus, l’inadaptation des gestes et les troubles de la vision peuvent être sources d’accidents graves, tant sur la route que dans la vie de tous les jours.

9 : Arrêter de boire pendant une heure puis prendre la route

Le temps nécessaire à l’absorption de l’alcool varie selon la quantité d’alcool ingérée, le poids, l’âge et le sexe de la personne concernée. Selon tous ces éléments, arrêter une heure est loin d’être suffisant. De manière générale, une personne élimine en moyenne 0,15g d’alcool par heure.

10 : Café, aspirine, boire de l’eau, les remèdes qui n’en sont pas

Faire passer plus rapidement les effets de l’alcool avec des petites astuces et des remèdes ? Ça ne marche pas. Pire, cela peut être dangereux. Le café masque les effets de l’alcool, vous vous sentez prêt à conduire alors que vous dépassez largement la limite de 0,5g/l de sang (0,2 g/l pour les jeunes conducteurs depuis cette année)

L’aspirine quant à lui ne changera en rien votre état, ni votre taux d’alcoolémie. Il fluidifiera juste votre sang, vous saignerez plus facilement et ce n’est pas l’idéal en cas d’accident de la route. Boire de l’eau ? En voilà une bonne idée, mais cela ne changera rien à votre taux d’alcoolémie.

Nos conseils pour ne pas prendre de risque

Si vous savez que vous allez prendre le volant pour rentrer de votre soirée, le mieux est de ne pas boire, ou simplement la quantité autorisée. Autrement, un peu d’organisation peut arranger les choses : prévoyez de prendre un taxi, un noctambule ou désignez un capitaine de soirée qui vous ramènera tous chez vous en parfait état. En ce qui concerne vos amis, ne les laissez pas prendre leur moto s’ils ont bu et ne montez pas avec eux s’ils vous proposent de vous ramener. Nous vous rappelons que suite à un accident en état d’ébriété, votre assurance ne vous couvrira pas.

Tout le monde connaît ces conseils ; cependant les taux de mortalité sur la route ne varient que très peu. Cela prouve qu’il est encore utile de les rappeler avant un événement tel que le nouvel an. N’hésitez pas à partager cet article avec vos proches ou de partager vos propres conseils en commentaire de cet article.

Pour finir sur une note plus joyeuse, nous vous souhaitons à toutes et à tous un merveilleux réveillon et une très bonne année 2016 !