Plein phare sur les Scramblers

Pourquoi cette ligne de moto fait-elle toujours rêver ? Retour sur la petite histoire de ce modèle de légende !

Retour en arrière

Tout commence dans les années 60 aux Etats-Unis. La jeune génération rêve d’évasion, mais à cette époque le marché de la moto est composé de bicylindres anglais faits pour la route et pas évidents à diriger sur les chemins plus ardus.  Les motocyclistes commencent alors à modifier leurs motos, sur lesquelles ils montent un grand guidon, de nouveaux pneus à tétines ainsi que des pots relevés sur le côté. Bon nombre de Triumph et autres Norton vont connaître ces changements.

Ainsi, cette genèse va afficher le plaisir de rouler dans le désert et d’arpenter les chemins de terre, elle donne un nouveau souffle, une nouvelle liberté à la moto. Nous verrons par la suite des Scramblers devenir de véritables célébrités, comme par exemple la Triumph Trophy TR6, que l’on retrouve pilotée par Steve McQueen dans le film “La grande évasion”.

Cette tendance ne tardera pas à inspirer les constructeurs du monde entier et notamment les Japonais, lesquels souhaitent s’ouvrir au marché US et y voient une très belle opportunité.

Voici quelques exemple de Scramblers mythiques :

Honda en tête d’affiche 

C’est Honda qui compte la gamme la plus large de Scramblers avec des monos ou bicylindres 4-temps de 70,100, 250, 350 et 450 appelés CL suivi du chiffre de la cylindrée. La première arrive en 1965 : c’est la CL72  que l’on découvre sur la photo suivante.

cb175k42010hondamotorcyclecb175

Big Bear chez Yamaha

Dans la catégorie des 250, Yamaha arrive sur le marché avec sa Big Bear. Elle se démarque avec ses deux échappements chromés de chaque côté. La gamme commence avec la YD 250 puis la YM 305 quelques mois plus tard. Elle se vendra à plus de 6000 exemplaires.

dsc_2463

Suzuki et sa Laredo

Chez Suzuki aussi, on se met à équiper les Scramblers. On reprend une simple  T 250 de route mais avec cette fois ci un guidon et des pots surélevés. On découvre alors en 1968 la TS 250 Hustler et la Laredo 305.

img_6492

Kawasaki avec les Samourai 250 SS

C’est ensuite au tour de Kawasaki de s’y mettre et d’imposer son style avec en première création les Samourai 250 SS puis l’Avenger 350 SS. Elles se démarquent des autres grâce à une ligne d’échappement surprenante, mis sur le côté droit de la moto.

11407

Ducati et son jaune Scramblers

La marque italienne essayera de s’infiltrer dans cet élan des Scramblers avec des monos 250 commercialisés en orange dans un premier temps mais c’est avec la 350 jaune qu’elle connaîtra le succès.

ducati-250-scrambler-72

Norton en retardataire

Avec quelques années de retard, Norton sortira sa P11 Scrambler, puis sa Commando SS, laquelle ne rencontre pas un franc succès.

L’heure de gloire arrivera plus tard, en 1970,  avec un garde-boue avant surélevé ainsi que des échappements séparés de chaque côté de la moto.

norton-commando-ss-right-side-1024x768

Les Scramblers ont marqué l’histoire de la moto et sont un véritable symbole du sentiment de liberté procuré par la route.

Rapide sur la bitume et agile sur la terre, quelle Scrambler vous fait le plus de l’oeil ?