Réduisons les risques d’accidents de moto !

Vous pensez que cela n’arrive qu’aux autres ? Bien sûr que non ! Certes, la moto est une passion et une véritable source de plaisir mais elle entraîne également des risques plus ou moins graves, voire mortels… Nous vous proposons, cette semaine, un rappel des préventions routières car nous ne le répéterons jamais assez, « il vaut mieux prévenir que guérir » !

Bien entretenir son véhicule

L’entretien de votre deux-roues doit être constant. Une moto mal entretenue peut être à l’origine de nombreux accidents. Un entretien technique n’est pas suffisant, il ne faut pas hésiter à régulièrement revoir l’état du véhicule.

Utiliser l’équipement adapté à votre conduite

Le premier équipement indispensable à votre sécurité est le casque, un casque marqué du sigle NF ou NE,  nécessaire pour qu’en cas d’accident l’assurance couvre les frais de réparation. Il vous protégera et vous évitera une grande partie des cas les plus graves de traumatismes crâniens.

Il en va de même avec le port d’un blouson de moto ou d’une combinaison intégrale, qui vous protégeront des chocs et brûlures. N’oubliez pas d’ajouter des gants qui protègent les articulations, les phalanges et les poignets !

shutterstock_522691375

Respecter conformément le code de la route

Vous est-il déjà arrivé de croiser un panneau de signalisation dont vous ne vous souvenez plus du sens ? Non respect de priorité, interdiction de dépasser, excès de vitesse dans un virage : ces erreurs sont la source majeure des accidents du quotidien.

N’oubliez pas de respecter la distance de sécurité, et surtout d’être constamment vigilant à l’environnement qui vous entoure, ce qui vous permettra d’anticiper le danger. Enfin, pensez à vous munir d’un gilet réfléchissant afin de minimiser les risques.

Ne conduisez pas trop vite

On adore tous la vitesse… Mais ne jouons pas aux têtes brûlées ! Les excès de vitesse jouent un rôle essentiel dans une part considérable des accidents mortels chaque année. Et pourtant, il est estimé qu’un conducteur sur deux roule la plupart du temps au-delà de la vitesse autorisée ! Pour rappel, les excès de vitesse sont la cause principale de 26% des accidents mortels selon les forces de l’ordre.

Celui qui conduit ne boit pas

Saviez-vous que la consommation d’alcool est impliqué dans 1/3 dans des accidents ? De plus, l’alcoolémie positive d’un conducteur est présente dans les accidents causant 28% des tués sur la route.

Pour rappel, le taux d’alcool à ne pas dépasser est de 2,5 g par litre de sang, soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré. Mais attention, ce taux peut augmenter en fonction de votre état de santé, ainsi que de votre degré de fatigue, du stress ou bien de vos caractéristiques physiques.

L’alcool entraîne un amoindrissement des conditions physiques, une réduction du champ de vision, des troubles de l’attention, et une diminution importante des réflexes. L’alcool est aussi connu pour diminuer la peur et exagérer la prise de risque et d’euphorie.

Évitez de consommer des médicaments

Les tranquillisants et les somnifères sont impliqués dans 30% des accidents mortels. Un grand nombre de médicaments souvent considérés comme anodins présentent des effets indésirables qui peuvent influencer la capacité à conduire sans que le conducteur n’en soit conscient. C’est pourquoi, avant de conduire, il est recommandé d’attentivement lire la notice, ou bien de demander conseil à votre médecin en cas de doutes.

Quelques chiffres à garder à tête

  • Les motocyclistes constituent 18% des tués sur la route en 2014.
  • La mortalité concerne majoritairement (89%) les usagers de plus de 125 cm3.
  • Le pic d’accidentalité est enregistré entre 25 et 49 ans, mais les risques d’accidents mortels sont importants jusqu’à 70 ans.
  • Le risque d’être tué en ville est plus important pour les usagers de motos légères (54%).
  • 47% des motards tués sur la route le sont en été (entre juin et septembre).

 

Les accidents de la route ont souvent pour origine des causes multifactorielles : humaines, météorologiques et techniques. Certes, les routes sont parfois de mauvaise qualité, et la météo peu clémente… Pour rappel, dans 9 cas sur 10, c’est le facteur humain qui est prédominant.

Selon l’ONISR, l’augmentation de la mortalité en 2015 sur les routes françaises est dû à la hausse du trafic ainsi qu’à la vitesse excessive dont fait preuve une grande partie des conducteurs. Un autre phénomène a été constaté, celui de l’abus d’alcool et d’usage de stupéfiants : les chiffres repartent à la hausse. La part des accidents mortels dûs à l’un passe de 28% à 30% en 2015, tandis que l’autre passe de 23% à 25%.

Personne n’est à l’abri d’un accident de la route, alors chers amis motards, roulez prudemment !